Retour sur les deux premiers stages de redynamisation de l’année 2022

Alors que l’association prépare déjà les deux prochains stages, nous vous proposons un peu de lecture pour ce mois d’août. Suivez-nous à travers ces lignes et replongez-vous dans les deux stages de redynamisation que l’association a proposés. Embarquez à bord du ferry et retrouvez nos stagiaires sur l’île Saint-Honorat : l’occasion de revivre les bons moments de ces semaines, et de se remémorer les objectifs de ces stages.

Un lieu propice aux moments de bien-être

Embarquez avec nous sur le bateau, direction l’île Saint-Honorat. Cette île au cœur de la Méditerranée, dans la baie de Cannes, a accueilli les premiers stagiaires de l’édition 2022. Une fois descendus du bateau, ils ont découvert une terre de 40 hectares avec des points de vue panoramiques et de nombreux monuments classés au patrimoine historique.

Ce lieu, propice au bien-être, appartient à une communauté monastique composée de 21 moines provenant d’horizons divers. Les stagiaires ont pu découvrir la richesse du patrimoine historique du lieu et profiter du calme, du soleil et de la nature environnante. Le cadre apaisant des pins d’Alep, des pins parasols et de la mer a été très bénéfique pour les participants lors de ces journées intenses en émotions.

Cette année a vu l’intégration du 1er stagiaire à 4 pattes ! : Rubis, la première chienne de l’aventure ADH (en photo ci-dessous), s’est acclimatée à ce nouvel environnement avec la plus grande sérénité. Lunettes sur le nez et attitude zen, elle était prête pour les activités.

Des activités pour se redynamiser

Après de longs mois d’attente, les stages tant espérés par les blessés ont été appréciés à leur juste valeur. « Bienvenue chez toi », cette toute première phrase entendue par les stagiaires a fait écho au sein du groupe et les a rassurés. D’autant que la pratique des activités s’est déroulée en respectant les valeurs si chères à l’association : fraternité, partage et bienveillance.

Découvrons ensemble les activités qui ont composé ces deux premiers stages.

Mobiliser son corps en douceur

À différents moments de la journée, les stagiaires ont eu l’occasion de mobiliser leur corps. Le matin, avant même le petit-déjeuner, un éveil corporel leur était proposé par Yann. Une façon de se connecter à soi, de se recentrer sur l’instant et de remercier ce corps que nous habitons sans y prêter attention.

Les stagiaires ont également pu profiter de séances de yoga nidra. Il s’agit du yoga du sommeil, qui ne nécessite pas, ou peu, d’effort physique. Il s’apparente à la sophrologie et il est beaucoup utilisé dans les séances de relaxation. Ce type de yoga est conseillé pour la réduction du stress et l’amorce de changements dans une vie de manière non-violente. Un outil, idéal pour nos blessés, que Yann leur a permis de découvrir et de s’approprier tout au long du séjour. Couplé à des ateliers basés sur la gestion de la respiration, cette activité a permis à nos blessés de disposer de nouveaux outils pour se détendre.

Cette année, Yann a également animé un atelier d’aromathérapie. Cette thérapie alternative, qui consiste à soigner par les odeurs, permet à nos stagiaires de disposer d’un nouvel outil de gestion des émotions qui associe les souvenirs positifs, ancrés dans leur mémoire, aux odeurs. Quant à vous, suivez l’odeur des embruns et laissez-vous guider vers le paragraphe suivant pour découvrir comment nos stagiaires ont apprivoisé la mer.

Utiliser l’élément « eau »

Grâce aux outils de gestion de la respiration qui ont été proposés, les stagiaires ont pu appréhender plus sereinement les activités liées à l’eau, et notamment la plongée sous-marine. Des moniteurs compétents, compréhensifs et empathiques ont guidé nos blessés dans la découverte des fonds marins qui entourent l’île Saint-Honorat. Pour certains, ce baptême de plongée était une première et nous remercions la FCD – Fédération des Clubs de la Défense, et particulièrement Philippe et Jean-Marie, pour le prêt du matériel et l’accompagnement professionnel de nos blessés dans cette activité éprouvante, mais bénéfique sur le plan émotionnel.

Les stagiaires ont également, lors des deux stages, pu bénéficier d’un cours de paddle. Ils ont ainsi fait le tour de l’île sur leur objet flottant, à la découverte de la faune et de la flore. Thibault et Marie de Décathlon de Trans en Provence ont été les professeurs qui ont su mettre en confiance nos blessés sur ces objets flottants instables.

Être en harmonie avec la terre et ses ressources

En complément de l’eau, l’attrait de l’île réside en sa nature verdoyante et boisée. Comme évoqué précédemment, les blessés ont pu se promener sous les pins d’Alep ou méditer sous les pins parasols. Pendant ce temps, d’autres se sont attelés à rendre la nature plus belle en débroussaillant certains espaces.

Évoquer le bois nous amène aux ateliers de bricolage. Ce sont les mains de nos stagiaires qui ont confectionné le mobilier de jardin. Ces moments de cohésion et de travail en commun ont porté leurs fruits, les tables de jardin sont prêtes à prendre place sous la pinède.

En plus de la végétation naturelle, depuis 150 ans les moines de l’Abbaye de Lérins cultivent 8 hectares de vigne et produisent leur vin de manière ancestrale. Nos blessés ont pu arpenter le domaine viticole et comprendre le travail de la vigne avec Frère Marie, dans un cadre splendide qui rassemble 6 cépages différents.

Partager des instants précieux

Après le travail en compagnie des moines, nos blessés ont partagé un dîner avec la communauté monastique dans l’abbaye. Ces repas en commun sont importants pour nos stagiaires qui doivent réapprendre à communiquer avec « l’autre » et à faire confiance à autrui. Les moines ont accueilli nos blessés avec le plus grand respect et la plus grande hospitalité, et nous les remercions pour leur partage.

Yann et Stéphane ont également animé des groupes de paroles pour permettre aux participants de s’ouvrir et de mettre des mots sur leur parcours, leurs difficultés et leur douleur. Ces moments privilégiés ont une grande importance dans le processus de redynamisation puisqu’ils permettent d’évacuer les émotions négatives et d’apprécier le soutien de pairs, le tout dans un esprit de bienveillance.

Tous ces moments de partages ont été marqués par la joie, la bonne humeur et le sentiment de bien-être des stagiaires.

Beaucoup de bonne humeur

Les blessés ont beaucoup travaillé sur eux-mêmes ; les ateliers ne sont pas toujours faciles pour ces femmes et ces hommes qui ont traversé, et traversent encore, de lourdes épreuves. C’est pourquoi nous tenions à mettre en avant les moments de joie et de bonheur qui ont souvent rythmé ces deux stages.

Lors de la croisière dans la baie de Cannes avec la Brigante, la mer et les vagues ont fait beaucoup de remous : sauts dans l’eau, plongeons et bronzette, les stagiaires se sont ressourcés en mer ! Mais ce n’est pas tout, nous avons assisté à de grands moments avec nos amis les volatiles. En effet, certains stagiaires leur ont fait du charme, d’autres les ont accueillis sur la tête … des instants de rires et de bonne humeur nous ont été offerts par ces goélands et autres espèces à plumes.

Nous noterons également les combinaisons mises à l’envers lors des expéditions en plongée ou encore les affaires d’ADH se dirigeant tout droit vers les fonds marins avant un sauvetage in extremis.

L’association ADH et Geoffrey Demouliez, son président, remercient tous les bénévoles et les partenaires sans qui ces stages ne pourraient avoir lieu. ADH tient à ce que ces instants perdurent pour apporter de la joie, des outils de mieux-être et des instants de paix à tous les blessés dont la vie est en cours de reconstruction.

Si vous souhaitez nous rejoindre ou nous soutenir, n’hésitez pas à contacter l’association !

MERCI A TOUS NOS PARTENAIRES































Précédent
Suivant

les derniers articles

interview Tégo

L’Association Tégo – Partenaire d’ADH

Découvrez dans cet article la raison d’être de l’Association Tégo, partenaire d’ADH depuis de nombreuses années, qui nous soutient dans nos actions de redynamisation des